Le Prix Européen de Littérature et les Prix Littéraires Nathan Katz

Créée à Strasbourg en 2005, l’Association Capitale Européenne les Littératures (ACEL) décerne chaque année trois prix littéraires : le Prix Européen de Littérature, le Prix de Littérature Nathan Katz et le Prix du Patrimoine Nathan Katz. Placé sous la présidence d’honneur de Claude Vigée, le Jury Nathan Katz est composé d’écrivains, de traducteurs, d’universitaires et de responsables culturels.

Les trois prix sont remis dans le cadre des Rencontres Européennes de Littérature à Strasbourg organisées au Palais Universitaire en collaboration avec l’Université Marc Bloch et avec le soutien de la DRAC Alsace, de la Bibliothèque Nationale Universitaire et de la Librairie Internationale Kléber.

Parrainé par la Ville et la Communauté Urbaine de Strasbourg, le Prix Européen de Littérature distingue, pour l’ensemble de son œuvre, un poète ou prosateur européen de stature internationale, afin de témoigner, en un lieu hautement symbolique, de la dimension culturelle de l’Europe ainsi que de l’urgence d’une meilleure connaissance mutuelle de nos pays à travers les grandes figures littéraires qui en sont les symboles. Ce Prix distingue également un traducteur qui contribue à la rencontre entre les grandes œuvres littéraires contemporaines.
Prix 2006 : Antonio Gamoneda (Espagne), traduit de l’espagnol par Jacques Ancet.
Prix 2007 : Bo Carpelan (Finlande), traduit du suédois par Pierre Grouix

Parrainé par l’Université Marc Bloch et la DRAC Alsace, Le Prix de Littérature Nathan Katz distingue, pour l’ensemble de son œuvre, un poète ou prosateur francophone de premier plan, dont le parcours est particulièrement remarquable par l’originalité et la qualité de son écriture et par la vigueur et l’amplitude de sa vision.
Prix 2005 : Jean Mambrino.
Prix 2006 : Henri Meschonnic.
Prix 2007 : Marcel Moreau

Parrainé par la par le Conseil Régional d’Alsace, l’Office pour la Langue et la Culture d’Alsace et le Crédit Mutuel, le Prix du Patrimoine Nathan Katz distingue une œuvre du patrimoine littéraire alsacien, du moyen âge à nos jours, écrite en dialecte ou en allemand et encore peu ou pas traduite en français, afin de témoigner de la richesse exceptionnelle d’une culture profondément marquée par le dialogue des langues et des cultures. Ce Prix distingue également un traducteur grâce à qui peuvent sortir de l’oubli des œuvres majeures et aujourd’hui encore porteuses d’avenir.
Prix 2005 : Jean Hans Arp, traduit de l’allemand par Aimée Bleikasten.
Prix 2006 : Albert et Adolphe Matthis, traduits du strasbourgeois par Gaston Jung.
Prix 2007 : Alfred Kern, traduit de l’allemand par Jean-François Eynard.

Publié dans : Non classé |le 10 janvier, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

un sourire ne coûte rien |
passionmanuelleacro |
Hocine Hettal Artiste Peintre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | images phrases bijoux
| TristanIseut
| MASSOU VANNERIE