Archive pour février, 2008

3è Rencontres Européennes de Littérature à Strasbourg

3RD EUROPEAN FESTIVAL OF LITERATURE IN STRASBOURG

3-CIE EUROPEJSKIE SPOTKANIA LITERACKIE W STRASBURGU

Organisées avec le soutien de l’Université Marc Bloch, de la Drac Alsace et de la Librairie Internationale Kléber, en collaboration avec la Ville et la Communauté Urbaine de Strasbourg, le Conseil Régional d’Alsace, l’Office pour la Langue et la Culture d’Alsace, le Consulat Général de Pologne, l’Institut polonais du Livre de Cracovie, la BMS, la Cathédrale de Strasbourg, la revue littéraire Europe, le magazine La Vie, la Revue Alsacienne de Littérature, les DNA, les Éditions Arfuyen.

VENDREDI 29 FÉVRIER 2008

14 H -16 H 30

PALAIS UNIVERSITAIRE

Hommage à Jean Bollack – Ami et lecteur de Paul Celan

bollack.jpg

Avec Jean Bollack, Yves Lehmann et Patrick Werly

Jean Bollack est né à Strasbourg en 1923. Depuis plus de quarante ans, son travail a modifié la compréhension des textes de l’antiquité grecque. Ami et lecteur de Paul Celan, il a également renouvelé en profondeur l’approche de cette œuvre si souvent incomprise voire dénaturée par ses commentateurs.

Ouverture des Rencontres Européennes de Littérature par Bernard Michon, président de l’Université Marc Bloch, Claude Vigée et Jacques Goorma.

Antiquité et modernité dans l’œuvre de Jean Bollack, par Yves Lehmann, doyen de l’UFR Lettres. Pour saluer le retour d’un Strasbourgeois dans sa ville, par Patrick Werly, enseignant-chercheur en Lettres. Lire Paul Celan, par Jean Bollack.

 

 

16 H 45 – 18 H 15

PALAIS UNIVERSITAIRE

Autour de Jean Geiler de Kaysersberg

imageintrieurp5geilerlanefdessages.jpg

Avec Christiane Koch, Francis Rapp, Bernard Eckert et Rémy Vallejo

Nombreux sont les visiteurs de la cathédrale de Strasbourg qui s’arrêtent devant la chaire de pierre finement ciselée par Hans Hammer en 1485. Mais peu de gens savent que cette merveille a été sculptée tout exprès pour honorer le plus grand prédicateur qu’ait connu la ville, Jean Geiler de Kaysersberg. Sa renommée s’était étendue si loin que l’empereur lui-même avait tenu à s’entretenir avec lui en tête à tête, presque d’égal à égal. Le prédicateur ne faisait rien pourtant pour flatter les puissants. Je suis le veilleur, disait-il, mon rôle est de donner l’alerte. Quand j’aperçois les flammes de l’incendie, je souffle dans ma trompe à pleins poumons !

Présentations par Christiane Koch, traductrice de Geiler de Kaysersberg, par le Pr Francis Rapp, membre de l’Institut, par Bernard Eckert, archiprêtre de la Cathédrale de Strasbourg, et par Rémy Vallejo, dominicain.

 

 

20 H 30 – 21 H 45

CRYPTE DE LA CATHÉDRALE DE STRASBOURG

Jean Lorrain lit Jean Geiler

 

Pour la première fois depuis cinq siècles retentissent à nouveau dans la Cathédrale de Strasbourg ces textes tout spécialement conçus pour elle et qui viennent seulement d’être traduits en français.

 

 

SAMEDI 1ER MARS 2008

 

10 H – 11 H

 

LIBRAIRIE INTERNATIONALE KLÉBER

Autour de Bernard Vargaftig

vargaftig.jpg

Avec Bernard Vargaftig, Jean-Baptiste Para et Pascal Maillard

Il reste quelques écrivains qui détestent les estrades et la publicité. Ce ne sont pas les moins im­portants. Pudique à l’extrême, Bernard Vargaftig est de ceux-là. Depuis plus de quarante ans, il a conçu une œuvre poétique riche et abondante, d’une rare exigence. Toujours soucieux d’inscrire le maximum de vie et de subjectivité dans son langage, le poète n’a pas cessé d’inventer une écoute du corps, de la mémoire et du silence, une écoute de l’Autre qui renouvelle la lyrique amoureuse aussi bien que l’écriture de soi.

Présentation du poète par Pascal Maillard, enseignant à l’UMB.

Hommage à Bernard Vargaftig par Jean-Baptiste Para, directeur de la revue Europe.

Discours de réception du Prix de Littérature Nathan Katz 2008 suivi de lectures de et par Bernard Vargaftig.

 

 

11 H – 12 H

CINÉMA L’ODYSSÉE

Dans les jardins de mon père

Projection du fi lm documentaire écrit par Cécile Vargaftig et réalisé par Valérie Minetto, suivie d’un dialogue entre la réalisatrice, la scénariste et le poète.

 

 

13 H – 14 H

HÔTEL DE VILLE, PLACE BROGLIE

Remise solennelle du Prix Européen de Littérature et des Prix littéraires Nathan Katz 2008

 

Robert Grossmann, président de la Communauté Urbaine de Strasbourg, pour le Prix Européen de Littérature, Bernard Michon, président de l’Université Marc Bloch, et François Laquièze, directeur de la DRAC Alsace, pour le Prix de Littérature Nathan Katz, et Justin Vogel, vice-président du Conseil Régional d’Alsace, pour le Prix du Patrimoine Nathan Katz.

 

 

15 H – 17 H 30

LIBRAIRIE INTERNATIONALE KLÉBER

Autour de Tadeusz Rozewicz (Pologne)

Rosewicz

Avec Tadeusz Rozewicz, Christophe Jezewski, Claude-Henry du Bord, Alain Van Crugten et Vladimir Fisera

Poète, dramaturge, scénariste, nouvelliste, Rozewicz appartient à la première génération née et éduquée après que la Pologne ait retrouvé son indépendance en 1918. Cette génération, à laquelle semblait s’ouvrir un avenir de liberté, a eu 20 ans dans un pays occupé par les nazis et a vécu sa maturité sous une dictature communiste. Plus qu’aucune autre, l’œuvre de Rozewicz, dans sa noirceur comme dans son espérance, porte les stigmates de cette terrible période de l’histoire européenne.

Le discours de réception du Prix Européen de Littérature 2008 par Tadeusz Rozewicz sera suivi des interventions des traducteurs de sa poésie et de son théâtre ainsi que de lectures de ses textes en polonais et en français.

 

 

LES LIEUX DES MANIFESTATIONS – STRASBOURG

Palais Universitaire, salle Louis Pasteur – Place de l’Université

Cathédrale de Strasbourg, Crypte

Librairie Internationale Kléber – 1 rue des Francs Bourgeois

Cinéma l’Odyssée – 3 rue des Francs Bourgeois

 

ENTRÉE LIBRE

 

Association Capitale Européenne des Littératures (ACEL)

Secrétariat Général : 1 Impasse du Lavoir, 67310 Scharrachbergheim

Tél. 03 88 50 60 34 / 06 74 08 39 39 • asso.acel@wanadoo.frhttp://acel.unblog.fr/

 

3e RENCONTRES EUROPÉENNES DE LITTÉRATURE À STRASBOURG

Créée à Strasbourg en 2005, l’Association Capitale Européenne des Littératures (ACEL) déœrne chaque année trois prix littéraires : le Prix Européen de Littérature, le Prix de Littérature Nathan Katz et le Prix du Patrimoine Nathan Katz. Les trois prix sont remis dans le cadre des Rencontres Européennes de Littérature à Strasbourg organisées avec le soutien de l’Université Marc Bloch, de la DRAC Alsaœ et de la Librairie Internationale Kléber.

POURQUOI DES RENCONTRES EUROPÉENNES DE LITTÉRATURE ?

Pour surmonter les conflits du passé et faire faœ à l’émergenœ de nouvelles superpuissances, l’Europe doit construire son unité. Ce travail est en cours au niveau des institutions politiques et des relations économiques, mais l’Europe des peuples reste loin en arrière. Les peuples d’Europe ne se connaissent pas, et moins encore ceux qui ont été séparés durant tant d’années par le « rideau de fer ». Cette mauvaise connaissanœ mutuelle est essentiellement liée à une ignorance presque totale de la culture de l’autre. Faire avancer l’Europe des peuples, c’est donc faire avancer l’Europe des cultures. Le grave retard pris à cet égard risque de fragiliser, on s’en aperçoit aujourd’hui, l’ensemble de la construction européenne.

L’idée des Rencontres Européennes de Littérature, intimement liée à celle du Prix Européen de Littérature, est à la fois simple et ambitieuse : contribuer à une meilleure connaissance mutuelle des peuples européens à travers les grandes figures contemporaines de leur culture, ces « Victor Hugo » qui en sont aujourd’hui les vivants symboles. C’est en donnant à chaque pays d’Europe un visage, celui de son plus grand écrivain actuel, que nos pays pourront le mieux apprendre à s’estimer et se comprendre.

POURQUOI À STRASBOURG ?

En tant que siège du Conseil de l’Europe, de la Cour Européenne des Droits de l’Homme et du Parlement Européen, Strasbourg a naturellement bien des titres pour être le lieu de cet événement. Mais Strasbourg peut revendiquer au plan culturel une légitimité non moindre, tant par son histoire – de Gutenberg à Jean Hans Harp, en passant par Eckhart, Gœthe et Schweitzer – et sa symbolique cathédrale, que par ses universités, ses bibliothèques, ses théâtres, ses musées et ses grandes manifestations internationales.

UNE APPROCHE EUROPÉENNE DES LITTÉRATURES RÉGIONALES ET FRANCOPHONES

Faire connaître les grandes figures de la littérature européenne d’aujourd’hui ne suffit pas : il faut les mettre en correspondance avec les œuvres des grands écrivains francophones contemporains, mais aussi faire sentir dans la richesse exceptionnelle du patrimoine culturel de l’Alsace, carrefour des langues et des cultures, la fécondité d’une approche européenne de la culture, au-delà des clivages et des conflits qui ont marqué l’histoire. C’est la complémentarité de ces trois démarches qui permet de donner à chacune sa pleine signification dans une perspective à la fois régionale, francophone et européenne.

L’ASSOCIATION CAPITALE EUROPÉENNE DES LITTÉRATURES (ACEL)

Placées sous la présidence d’honneur de Claude Vigée, les Rencontres Européennes de Littérature sont organisées par l’Association Capitale Européenne des Littératures (ACEL) avec le soutien de l’Université Marc Bloch, de la DRAC Alsace et de la Librairie Internationale Kléber, en collaboration avec la Ville et la Communauté Urbaine de Strasbourg et le Conseil Régional d’Alsace.

 

Publié dans:3e Rencontres |on 12 février, 2008 |3 Commentaires »

LE PRIX DU PATRIMOINE NATHAN KATZ

1.       MOTIVATIONS DU PRIX 

Le patrimoine littéraire de l’Alsace est certainement de très loin le plus riche de tous les patrimoines littéraires des régions de France. Il s’étend sur une durée particulièrement longue, du moyen âge à nos jours. Il s’exprime à travers un grand nombre de langues : le latin médiéval, l’allemand dans les différentes formes de son évolution – du vieux haut-allemand (à partir du VIIIe-IXe siècle) au moyen haut-allemand (à partir du XIIe siècle) et au haut-allemand moderne (à partir du XVIe siècle), le dialecte dans ses diverses expressions locales (alémanique, francique, judéo-alsacien…) et le français (à partir du XVIIIe siècle). Il présente les genres littéraires les plus divers : textes spirituels, pamphlet, satires, fables, poésie, théâtre, récits, romans, lettres, mémoires…   Cet immense patrimoine est malheureusement, du fait même de sa richesse et de sa diversité, très largement inaccessibles : les publications en langue originale n’ont pas été rééditées et les textes, mêmes en dialecte, ne sont souvent plus lisibles que par un nombre réduit de personnes.  Face à cette situation, le travail de traduction et d’édition reste très limité : les plus grands classiques du patrimoine littéraire de l’Alsace sont encore à traduire, de Jean Geiler de Kaysersberg à Gustave Stoskopf en passant par le théâtre d’Arnold. Et les quelques traductions qui existent sont souvent épuisées et non rééditées, ou dorment dans l’attente d’une première édition.   Compte tenu de la difficulté des œuvres concernées et de la richesse parfois archaïsante des langues dans lesquelles elles ont été écrites, il y a urgence à faire appel aux traducteurs de plus en plus rares qui possèdent à la fois les compétences linguistiques et le talent littéraire permettant une traduction vivante et juste de ces textes bien souvent de très haute qualité et qui constituent des atouts précieux pour l’avenir de l’Alsace. 

2. OBJECTIFS DU PRIX 

Le Prix du Patrimoine Nathan Katz distingue une œuvre du patrimoine littéraire alsacien, du moyen âge à nos jours, écrite en dialecte ou en allemand et encore peu ou pas traduite en français, afin de témoigner de la richesse exceptionnelle d’une culture profondément marquée par le dialogue des langues et des cultures et de l’urgence de surmonter les clivages liés à l’histoire du XXe siècle.  Ce Prix récompense également le travail d’un traducteur grâce à qui une œuvre de premier plan, reléguée dans l’oubli par l’uniformisation de la langue et la massification de la culture, peut redevenir accessible aux lecteurs. Le Prix du Patrimoine Nathan Katz est décerné par les Jurys littéraires Nathan Katz conjointement avec le Prix Européen de Littérature (placé sous le haut patronage du Secrétaire Général du Conseil de l’Europe et parrainé par la Ville de Strasbourg) et le Prix de Littérature Nathan Katz (parrainé par l’Université Marc Bloch et la DRAC). C’est la complémentarité de ces trois Prix qui permet, dépassant une approche purement régionaliste, de donner à chacun d’eux sa pleine signification dans une perspective à la fois régionale, francophone et européenne. 

3.      ORGANISATION 

Le Prix du Patrimoine Nathan Katz est animé par une association totalement dédiée et sans but lucratif, l’Association Capitale Européenne des Littératures (ACEL) dont le siège est 23, place du Marché Gayot, à Strasbourg.  Placé sous la présidence d’honneur de l’écrivain Claude Vigée, le Jury du Prix est composé d’écrivains, de traducteurs, d’éditeurs et d’universitaires. Il comprend onze membres : Adrien Finck, Jean-Paul Gunsett, Dominique Huck, Gaston Jung, Gérard Littler, Armand Peter, François Pétry, Gérard Pfister, Jean-Paul Sorg, Claude Vigée, Jean-Claude Walter. Le secrétariat du Jury est assuré par Gérard Pfister.  

4.      PALMARES 

Le Prix du Patrimoine Nathan Katz a été décerné pour la première fois en 2005. Compte tenu du travail de préparation avec les auteurs, les traducteurs et les partenaires du Prix, les Lauréats sont désignés deux ans avant la remise officielle du Prix. Il est donc dès à présent possible d’évoquer les noms des six premiers Lauréats :  Prix 2005 : Jean Hans Arp, traduit de l’allemand par Aimée Bleikasten Prix 2006 : Albert et Adolphe Matthis, traduits du dialecte alsacien par Gaston Jung. Prix 2007 : Alfred Kern, traduit de l’allemand par Jean-François EynardPrix 2008 : Jean Geiler de Kaysersberg, traduit du moyen-haut-allemand par Christiane Koch. 

5.      PARRAINAGE ET PARTENARIATS 

Le Prix du Patrimoine Nathan Katz est parrainé depuis sa création par l’Office pour la Langue et la culture d’Alsace (OLCA) et le Conseil Régional d’Alsace. Il développe de nombreux partenariats institutionnels : DRAC Alsace, Université Marc-Bloch, Librairie Internationale Kléber, Bibliothèque Nationale Universitaire (BNU), Bibliothèque Municipale de Strasbourg (BMS), DNA, Revue Alsacienne de Littérature, Éditions Arfuyen… 

6.      MANIFESTATIONS 

Le Prix du Patrimoine Nathan Katz est remis chaque année au cours d’un ensemble de manifestations intitulées Rencontres Européennes de Littérature.    En 2008 ces Rencontres auront lieu les vendredi 29 février et samedi 1er mars en collaboration avec l’Université Marc-Bloch et la Librairie Internationale Kléber dans la salle d’honneur du Palais Universitaire et à la Librairie Internationale Kléber.  Une réception solennelle est donnée le samedi midi à l’Hôtel de Ville de Strasbourg au cours de laquelle sont remis les Prix littéraires Nathan Katz : Prix du Patrimoine, Prix de Littérature et Prix Européen. 

Publié dans:LE PRIX DU PATRIMOINE |on 11 février, 2008 |4 Commentaires »

un sourire ne coûte rien |
passionmanuelleacro |
Hocine Hettal Artiste Peintre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | images phrases bijoux
| TristanIseut
| MASSOU VANNERIE